Malpasset, catastrophe de l'incompétence?

L’anniversaire des 50 ans de la catastrophe de Malpasset à Fréjus aura lieu dans quelques jours, et les médias n’en parlent pas beaucoup. Le 2 décembre 1959, le barrage de Malpasset a cédé, faisant plus de 400 morts, l’une des plus grandes catastrophes civiles françaises.

Quels rapports avec l’eau dans le Rhône? Deux au moins :

D’après des professionnels des barrages, la catastrophe était prévisible et évitable. Des relevés de géomètre étaient faits sur le barrage. Ces mesures montraient que le barrage allait casser. Cependant, les relevés étaient rangés bien consciencieusement dans une armoire, sans être exploités. Suite à cela, l’intégralité de la gestion des barrages français a été confiée à EDF, qui avait le personnel compétent pour éviter une nouvelle catastrophe. Cette version du drame est bien différente de la version officielle. En 1971, le Conseil d’Etat rendait coupable ‘l’imprévisible nature”.

Ce qui se passe actuellement pour la qualité de l’eau potable à Villefranche, dans le Rhône et en France n’est-il pas équivalent? Des milliers de personnes, où même beaucoup plus, pourraient être malades ou mourir à cause de la pollution de l’eau dite potable. Toutes les mesures sont là, et n’y a-t-il pas de l’incompétence à ne pas agir?

L’autre problème local est l’immense barrage illégal fait de 2,6 millions de tonnes de déchets à Anse, qui barre le lit majeur de la Saône. En cas d’un autre barrage involontaire sous le pont d’Anse, des inondations exceptionnelles, bien plus importantes de celles de 1840, toucheraient toute la vallée de la Saône. Pour évaluer le malheur des populations, lisez les récits de celles 1840, c’est horrible. Au maximum de la crue, le pont (qui n’a pas été conçu pour résister comme un vrai barrage) pourrait céder. Une immense vague dévasterait les vallées de la Saône et du Rhône en aval (des milliers de morts possibles?). La ville de Lyon pourrait être en partie détruite, quartiers du Vieux Lyon et de la Presqu’ile. Déjà en 1840, la Saône passait à travers la Presqu’ile pour rejoindre le Rhône.

Récit d’une enfant rescapée de Malpasset (paru dans le journal la Croix) : “Le soir du drame, une enfant, alors âgée de 12 ans, était dans la maison familiale, à 8 km du barrage, tout occupée à repriser des chaussettes. Quand elle a entendu un grondement continu, aussi assourdissant qu’une explosion. Pas le temps d’aller à la fenêtre. Les murs et l’eau se sont abattus sur moi,  raconte-t-elle. Lorsque la fillette a repris ses esprits, elle se trouvait à 1 km de là, près de la nationale 7. Ses habits avaient été arrachés par les innombrables débris que charriaient les eaux. Dans cette nuit noire et froide, j’ai cru que la fin du monde était venue. Pour elle, en effet, un monde a pris fin. A 21 h, vous êtes heureux en famille. A 22h, vous n’avez plus rien. Père, mère, oncle, tante, cousines s’en sont allés. En attendant des secours qu’elle n’espère plus, elle passera 2 heures, peut-être plus, blottie, contre un de ses frères, 15 ans, que la vague a cueilli dans son sommeil avant de l’abandonner à la boue,  à quelques dizaines de mètres de sa cadette. Envoyée dans un internat pour jeunes filles à Cannes, loin de ses 2 frères scolarisés à Marseille… elle songe alors à mourir, en veut à Dieu, à ses parents qui l’ont laissée en vie, pendant que tant d’autres ont péri.”

One Response to “Malpasset, catastrophe de l'incompétence?”

  1. frejus59 Says:

    Article intéressant sur Malpasset, compléments disponibles sur un site entièrement dédié au cinquantenaire par des bénévoles : frejus59.fr

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.