Seuils de détections

Nous avons vu précédemment que les seuils de détection élevés du contrôle sanitaire faussaient les résultats, en particulier pour la limite de qualité sur le total des pesticides.

Ces seuils peuvent facilement être abaissés. Quelques exemples :

D’après “la référence des professionnels”, le Rodier, “L’Analyse de l’eau”, 9e édition, 2009, le seuil de détection de l’atrazine est de 6 ng/l (par CG, en page 548). Hors la DDASS du Rhône demande au laboratoire un seuil de 30 ng/l. Cela fausse le résultat sur le total des pesticides, et permet de dire qu’il n’y a pas de pesticides dans l’eau des 1,1 million d’habitants du Grand Lyon.

En 2004, l’AFSSA (Agence française de Sécurité Sanitaire des Aliments) a réalisé de nombreuses analyses avec les seuils suivants :

  • Tétrachloroéthylène : 2 ng/l (seuil DDASS 69 : 500 ng/l, et norme 60 ng/l d’après Article R1321-2 du CSP)
  • Benzo(a)pyrène : 0,8 ng/l (seuil DDASS 69 : 10 ng/l, et norme 10 ng/l)
  • Métolachlore : 8 ng/l (seuil DDASS 69 : 35 ng/l, et norme 100 ng/l)

Autre aberration : métolachlore ESA, OA : aucune analyse de la DDASS 69. Cela est grave, car ces produits de dégradation de pesticides sont parfaitement connus et analysés en Allemagne, en Angleterre, aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans, et la France refuse de les rechercher dans l’eau potable, alors que c’est obligatoire d’après la réglementation européenne (produits de dégradation pertinents).

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.