Carte de qualité faussée

 La carte est un document public diffusé par la DDASS du Rhône : http://rhone-alpes.sante.gouv.fr/rhone/sante_environnement/pdf/qualite_eau_potable_2007.pdf

La tâche rouge au milieu, c’est Villefranche-sur-Saône et sa région (CAVIL et SIEOV). Problème : la DDASS indique seulement 2 molécules détectées, lors que dans la réalité 11 molécules différentes ont été détectées dans l’eau (analyses européennes de 2007). Les seuils de détection trop élevés des analyses DDASS faussent donc l’information des consommateurs.

Plus grave, le Grand Lyon a été entièrement mis en vert = absence de détection de pesticides. Cette soi-disant absence est due au seuil très haut de 30 ng/l des analyses DDASS. Si on descendait à 20 ng/l comme pour les analyses européennes, ou à 6 ng/l comme cela est possible, on détecterait de l’atrazine et certains autres des 37 pesticides du Rhône, et de leurs produits de dégradation. Bien sûr cela ne ferait pas plaisir au Grand Lyon et à VEOLIA, qui clament depuis des dizaines d’années que l’eau de Lyon est excellente.

La preuve. En 1997,  6 analyses indépendantes ont été faites dans l’un des puits d’eau potable du Grand Lyon : 5 détections d’atrazine et 3 détections de déséthyl-atrazine (produit de dégradation de l’atrazine). Ces analyses indépendantes ont été supprimées après. Pourquoi? Et ce n’est pas tout, du mercure (0,1 µg/l), du cadmium, (1 µg/l), du chrome (10 µg/l), du cuivre (6 détections, max 110 µg/l), plus 78 détections de solvants chlorés, dont du tétrachlorure de carbone (très toxique), du tétrachloréthylène…, ont été mesurés dans l’eau de Lyon. Les détections de métaux lourds sont très rares en France dans les captages d’eau potable. En détecter autant, dans un seul puits de captage, montre bien que l’eau de l’agglomération lyonnaise n’est pas aussi bonne que cela.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.